Sefrou, la ville aux 7 portes

Fondée en 682, soit un siècle avant la capitale spirituelle du royaume, Sefrou – littéralement verdure au pied de la montagne en Amazigh – située à 28 km de Fès et culminant à 850 mètres d’altitude, a de tout temps été surnommée l’oasis sans palmier ou le jardin du royaume, un jardin que tous les souverains du Maroc ont soigneusement protégé.

Forte de ses remparts de 1500 mètres et de ses 7 portes, chiffre porte-bonheur dans culture arabe et amazighe, Sefrou a été rendue célèbre pour ses cascades d’environ 10 mètres de hauteur et les eaux de l’Oued Aggay qui a rendu fertiles ses terres où poussent de nombreux arbres fruitiers, dont le plus connu est le cerisier.

La célèbre cerise noire de Sefrou

La cerise de Sefrou, réputée dans tout le royaume, se distingue par sa couleur noire, un goût très sucré et un poids de plus de 14g. Attachés à ce fruit, les Sefriouis lui consacrent chaque année un festival qui voit l’élection de Miss Cerisette, une jeune fille choisie parmi les plus belles jeunes filles du royaume, quelle que soit sa confession. Car, Sefrou est également reconnu pour sa grâce tolérance et la cohabitation harmonieuse des trois religions, comme en témoignent ces vers de Cheikh Abdelkader Timouri, en hommage au plus ancien festival des cerises du Maroc, célébré chaque mi-juin depuis 1920 :

Quelques vers de Sefrou

O toi visiteur,

T’a-t-on informé de la beauté de cette cité ?

Ses jardins, ses cascades et ses sites

T’offrent la joie des yeux et le bonheur de vivre.

Son climat, son eau et ses cerises

Sont pour toi la guérison de tous les maux.

Que tu sois juif, chrétien, musulman,

Les habitants de cette ville t’accueillent à bras grand ouverts.

Et, dès le lever du jour, t’emmènent au plus haut point de la colline

Recueillir la baraka du vénéré saint Sidi Ali Bousserghine.